Après l'école obligatoire et le lycée, je décide de suivre les cours de l'école des Beaux-Arts à Lugano en section peinture, où j'obtiens ma licence et le Prix Maraini en 1965, octroyé au meilleur étudiant de la catégorie.

Pour des raisons personnelles et financières, j'accepte ensuite des postes de travail temporaires tant au Tessin qu'à Genève, où je m'installe en 1970.
J'y suis divers modules à l'IUED (Institut Universitaire Etude et Développement) ainsi qu'à la faculté de droit.
Fin 1976, je pars à Beyrouth à l'Institut Universitaire St. Joseph pour suivre des cours intensifs d'arabe.
Cinq mois plus tard, la guerre civile oblige l'Institut à fermer. Je reste néanmoins dans le pays en travaillant comme photographe pour un journal indépendant, la photo ayant toujours été parmi mes intérêts les plus vifs.

A mon retour, je développe une centaine des photos prises pendant ce séjour au Liban, qui représentent le quotidien d'une ville en guerre, le travail, la vie des femmes et des enfants dans ce contexte déchiré.
En 1978/79 elles sont exposées à Genève et dans quelques autres villes de Suisse pendant plusieurs mois sous le titre "...du thym à l'oranger...".

Lors de toute cette expérience de vie en tant que photographe et spectatrice de ma "première" guerre, j'ai la possibilité d'observer le travail sur le terrain du CICR (Comité international de la Croix-Rouge) et c'est là que se décide mon futur professionnel. De 1980 à 2005, j'ai la chance d'y travailler sans interruption, aussi bien sur le terrain qu'au siège à Genève.

Tout ceci pour souligner que pendant presque 40 ans je ne touche ni pinceaux, ni toiles, ni couleurs… ce qui ne m' empêche pas de suivre les travaux d'artistes connus -ou pas- au gré des endroits où je me trouve.

L'été 2009 est un tournant dans mon mode de vie: une amie et ex-collègue me conseille de me renseigner au sujet d'un cours d'aquarelle à Venise dans le cadre de l'Académie des Beaux-Arts de Vienne, cours donné par Freeda Auschler, artiste britannique de sa connaissance.

Je suis son conseil et cette expérience a rallumé en moi ma passion de toujours. Je renouvellerai ces cours et en suivrai d'autres aussi bien à Venise qu'en Suisse.

Depuis, je n'ai de cesse de travailler et de rechercher différents modes d'expression par des transparences et des formes qui peuvent se répéter sans se ressembler, sur des supports variés, à l'aide d'outils divers et de techniques mixtes de couleurs.

Ce travail a abouti à des expositions collectives en 2010 et 2011 au Tessin, à Venise et à New York. J'ai également exposé à titre personnel en 2012 à Mendrisio (Tessin). Des travaux ont aussi été exposés dans un établissement public au Tessin de novembre 2012 à mars 2013.

 

 

MARYLUCE SARTORI

 

 

 

 

 

 

 

After primary and high school I decided to study at the Fine Arts Superior School in Lugano, where I obtained my "high school diploma" in painting as well as well as the Maraini Prize awarded to the best student of the section.

Due to personal and financial reasons I then accepted various temporary jobs in Tessin and Geneva, where I chose to live from 1970.

There I continued my studies following different modules at the IUED (Institut Universitaire Etude et Développement) in parallel to the Law Faculty.

At the end 1976 I moved to Beirut in order to study Arabic at the Institut Universitaire St. Joseph. After 5 months of intensive course the civil war broke definitely out and the University closed down.
In spite of that, I remained in Lebanon, getting the chance to work as a photo reporter for an independent newspaper, photography being -with painting- another of my passions.

I returned to Geneva in 1978 and I took the opportunity to make an exhibition of some of my pictures in Geneva and in other Swiss cities, which runned for a few months under the title of "...du thym à l'oranger.... ".

During my experience as a photographer and a witness of my "first" war, I had the chance to watch the daily work of the ICRC in the field and my professional future was decided there.
From 1980 to 2005, I worked for this Institution without interruption in the field as well in Geneva.

All that to underline my complete absence from any painting activity during 40 years, even though I kept on following the work of artists whenever I could in the places where I was.

In summer 2009 , thanks to a friend who suggested me a watercolor course in Venice given by a very good British/Swiss artist in the framework of the Fine Arts Academy of Wien, my passion for painting sparkled again.
I continued those courses in Venice and others in Switzerland.

Since I work in the search of different modes of expression using transparency, stratum and techniques that seem to repeat themselves but never are the same, each work is a moment of deep emotion which can only arise in this way, as far as I am concerned.

This work led to a few collective exhibitions in Tessin, Venice and New York as well as to two personal exhibitions in Tessin in 2012.
Another one is planned in 2013 in Geneva.